Auteur : adminauzances

7 – Regards transverses – Le film du workshop

Le film « Workshop à Auzances » raconte, de manière chronologique, comment les étudiants ont travaillé, et avec qui et avec quel outils. Il a été construit à partir des photographies prises durant la semaine.

Il dure 8 mn 25 secondes et il est accompagné d’une bande son.

Le film est hébergé sur le site de Mathieu de France, encadrant-photographe durant le workshop.

Cliquer sur l’image pour accéder à la video.

film2

  • Réalisation : Mathieu de France
  • Design sonore : Didier Léglise

7 – Regards transverses – Mercredi 15 février

 

Préparation par les étudiants de la présentation de leurs pistes de travail aux élus :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Présentation des pistes de travail aux élus dans une démarche de « nappe tournante » :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Buffet convivial et moment d’émotion quand Salwa Cherkaoui El Baraka a joué un très beau morceau de violon devant l’assemblée :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Photographies : Mathieu de France

 

7 – Regards transverses – Mardi 14 février

9h : Le groupe se retrouve à la salle des fêtes avant de partir à la rencontre des habitants d’Auzances. Jusqu’à 11h30 les groupes sont allés sur le marché, à la bibliothèque, au syndicat d’initiative et plus largement à la découverte du bourg et de ses environs. Questionnaires, micros-trottoirs, entretiens, ont été réalisés au cours de cette matinée.

13h20 : Bien qu’étant le premier jour d’enquête, mardi est aussi consacré à l’accueil de deux intervenants : Patrick Chotteau, secrétaire général adjoint de la MIQCP (Mission interministérielle pour la qualité des constructions publiques) et Gérard Bono directeur de la scène nationale d’Aubusson.

Patrick Chotteau, secrétaire général adjoint de la MIQCP (Mission interministérielle pour la qualité des constructions publiques)

Auteur d’ouvrages sur la planification stratégique et la programmation architecturale et urbaine, Patrick Chotteau est invité à parler de la démarche de programmation en rapport avec les enjeux de participation des habitants.

Il propose une démarche en trois points : le diagnostic partagé, la stratégie et la tactique (moyens déployés pour réaliser le projet).

Le contexte de la « transition écologique », nous oblige à partager des valeurs sur la manière de vivre ensemble sur un territoire. On constate aujourd’hui que cette « transition » ne peut se réaliser qu’au niveau des territoires locaux dont il nous faut identifier les potentiels et les dysfonctionnements (il cite notamment les travaux d’Habitat III (Conférence des Nations Unies sur le logement et le développement urbain durable qui a eu lieu à Quito, Équateur, en octobre 2016). Cette transition est ainsi une transition sociale et culturelle. La démarche propose alors de se concerter et de se mettre d’accord (créer du consensus) sur les contenus et le sens du projet.

ws_mdef_rt_2017_02_14_0227

Gérard Bono, directeur de la Scène nationale d’Aubusson

En préalable à son intervention, Gérard Bono rappelle l’importance de faire confiance aux jeunes dans leur capacité à faire des propositions d’avenir et s’inscrivant dans la société du XXIe siècle.

On a beaucoup de préjugés sur le monde rural et un enjeu est aujourd’hui d’en reconstruire une image positive et d’en révéler les potentiels et les capacités d’action. On a ainsi vu apparaître des innovations en Creuse comme celle du covoiturage.

Pour savoir de quoi on parle et sur quoi on travaille dans le cadre du workshop, il faut aussi définir ce que l’on entend par « art » et « culture ». Si la culture renvoie aux pratiques de la vie quotidienne, l’art implique quant à lui une présence de l’artiste qui propose une vision du monde à la fois poétique et politique.

La Scène nationale d’Aubusson est un lieu de création, de rencontre et d’action culturelle afin d’atteindre une multiplicité de publics. Elle fait partie des 70 scènes nationales issues de la politique de décentralisation et de la démocratisation de la culture (maisons de la culture). Le projet culturel de la scène d’Aubusson est également de proposer des résidences dans des villages et de produire les spectacles dans les salles présentes sur d’autres territoires.

Le débat avec les intervenants a permis de pointer les enjeux d’un projet culturel à Auzances. Faut-il un lieu ? À quelle demande des habitants le projet culturel répond-il ? Quelle offre s’agit-il d’imaginer ?

La journée s’est terminée par une nouvelle séquence de travaux dans Auzances : entretiens et ateliers pour certains.

La collecte des informations

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les premières formalisations

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Photographies : Mathieu de France

7 – Regards transverses – Lundi 13 février

Cette journée a été consacrée à l’inauguration du workshop et aux explications sur les méthodologies permettant de faire émerger des idées. Les groupes de travail ont commencé à élaborer leurs propositions de démarche.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

9H00 – Mme Lecorre, 1er adjointe au Maire d’Auzances est venu prononcer un petit discours d’accueil des étudiants pour cette semaine intensive de travail

10H00 – Pascal Desmichel, géographe, enseignant et  chercheur à l’Université de Clermont-Ferrand fait une intervention de mise en contexte historique de la question de la culture en territoire rural. L’objectif est de partager avec les étudiants un regard positif sur des territoires souvent stigmatisés. Les initiatives réalisées ces 15 dernières années montrent le dynamisme des réflexions autour d’espaces de services hybrides, comme les cafés-rencontres- concerts de la programmation hivernale de l’association Pays Sage (http://contact17760.wixsite.com/pays-sage/bistrots-d’hiver), ou la réflexion autour de l’évolution des médiathèques.

11H30- Aurélie Lebonnois, chargée de mission Culture au Pays de Combrailles en Marche présente les activités  du Pays qui propose une mise en relation des différentes porteurs de projets sur le territoire,  une conciergerie qui tisse les liens entre des initiatives qui peuent être complémentaires.L’idée est que les habitants du Pays ne restent pas dans une offre passive de proposition de produit de culture, mais puissent s’inscrire dans une dynamique de programmation par et pour les habitants. Aurélis lebonnais propose un petit jeu de rôles aux étudiants invités à se mettre à la place d’un habitant ou d’une association qui souhaiterait monter un projet culturel. Elle montre dans ce jeu comment le Pays va faciliter l’inscription dans un réseau coomplémentaires d’actions sur le territoire.

Nicolas Taillandier, directeur du Pays de Combrailles en Marche, nous présente ensuite le projet de la Fabrique des futurs dont la volonté est de questinner les méthodes et les outils traditionnels pour préparer un projet de territoire, en se projetant dans un «avenir désirable». http://www.payscombrailleenmarche.org/spip.php?rubrique53

14H – 17H- L’après-midi commence par une présentation de Louise Ollier, animatrice de démarches participatives. Un premier temps plus théorique est consacré à la définition, objectifs et boite à outils de l’animation d’ateliers participatifs. L’idée est de pourvoir les étudiants d’outils opérationnels, qui’ils puissent mobiliser dès le lendemain. La séance se poursuit par un atelier où chaque groupe thématique réfléchit sur la manière dont il envisage sa propre methode pour l’atelier de réflexion avec les habitants.

18H-19H30 – Elise Macaire fait un point méthodologique sur les techniques d’enquêtes, de questionnaires, d’entretien. Puis les ateliers se reforment pour compléter les méthodes à tester dès le lendemain.

Photographies : Mathieu de France