3 – Les arts vivants

Les élus mis au pied « des » murs de la culture

Mercredi 15 février 2017

Une dizaine d’élus sont venus visionner l’étape de travail des étudiants du workshop, ils nous ont apporté leur regard et leur avis. Les travaux des étudiants étaient disposés sur les murs et sur quelques tables de la salle des fêtes d’Auzances. Voici quelques photos prises depuis le mur d’exposition.

A Auzances, « Le chemin de la culture est donc bien en Marche ! »

 

Par ordre d’entrée en scène

Par voie électronique (mail) :

  • Annabelle Piery

Sur scène (parole « entre-tenue ») :

  • Dans le rôle de la « chercheuse » : Tatyana Boeva / chercheuse en littérature et culture,
  • Dans le rôle de la « femme clown en vadrouille », nous avons réussi à « arrêter » : Bertrande Allemand / metteuse en scène « Clowns en vadrouille« ,
  • Dans le double rôle de la metteuse en scène, nous appelons : Anne Lemeunier / metteuse en scène « Les Clandestines » « La Souillarde« ,
  • Dans le rôle de l’élue cultivée : Caroline Le Corre / 1ère adjointe Auzances,
  • Dans le rôle de l’habitante « en marche » : Elisabeth Arnaud / Jumelage Rosstal et association mille-pattes,
  • Dans le rôle des jeunes comédiens : les collégiens d’Auzances,
  • Dans le rôle du producteur de spectacle : Gérard Bono / directeur de la scène nationale d’Aubusson.
  • Dans le rôle des habitants et des commerçants : les praticiens du marché, les mamans aux sorties des écoles avec leurs bambins …

Représentation prévue en 2024…

En attendant, la restitution des travaux des étudiants est prévue le samedi 18 février 2017.

Les arts vivants – « Dans les murs et hors les murs »

aviv_20170215-003light

Rencontre avec Anne Lemeunier

Elle est metteuse en scène de deux compagnies Les Clandestines (compagnie de théâtre à Strasbourg) et La Souillarde (association culturelle locale à Lioux-les-Monges à la salle de la Grange).

Sa grande caractéristique est que les groupes avec lesquels elle travaille s’adaptent aux lieux et plus particulièrement en extérieur. L’attention aux lieux est une composante importante de son travail. Elle analyse le genius loci pour faire une production artistique « sur mesure », et s’adapte à l’atmosphère, au climat, et à l’environnement.

Anne Lemeunier nous a parlé des AMACCA, et du fait que dans certains endroits, c’est une façon possible de s’organiser : c’est une sorte d’AMAP au niveau du spectacle.

Anne Lemeunier a choisi de venir en Creuse pour être plus proche des gens, et intervient souvent auprès des enfants en milieu scolaire. Elle travaille plus particulièrement dans l’espace public, à partir de lectures et de chants.

Anne Lemeunier prône les espaces communs, mélangeant la vie, les habitants, la vie culturelle, les professionnels et les artistes. Les étudiantes lui ont donné l’exemple des café-théâtres, pour lesquels il y a plusieurs lieux de vie, des possibilités de rencontre entre les gens.

Son travail est construit sur la collaboration, qui peut se tisser en dehors des lieux de culture.

Rencontre avec Elisabeth Arnaud qui s’occupe du comité de jumelage de Rosstal, et du club de marche des mille pattes

Elle est très impliquée dans la vie du village, et a indiqué les lieux de vie et son ressenti. Pour elle aussi, l’usine de Bertrande Allemand est un endroit idéal pour un lieu de culture.

A la fin de la journée du mardi 14 février 2017, les rencontres avec des professionnels des arts vivants, ont permis de partager deux groupes de réponse à la demande :

  • Les DANS LES MURS :
    Bertrande Allemand / Tatyana Boeva / Annabelle Piery / Gerard Bono / Anne Lemeunier
  • Les HORS LES MURS :
    Gerard Bono / Bertrande Allemand

Nous constatons que les metteuses en scène rencontrées ou questionnées travaillent toutes avec des enfants.

A suivre, la visite de la scène nationale d’Aubusson permettra en questionnant Gérard Bono son directeur de repérer d’autres compagnies qui relèvent de pratiques de représentation HORS LES MURS et de faire une présentation-comparaison centre socio-culturel et salle culturelle.

Les arts vivants – La saison de la récolte

aviv_20170214_0002light

Mardi 14 février

Étaient présentes les étudiantes suivantes :

– Paola Lode (étudiante design espace la Souterraine)
– Iman Bardach (étudiante architecture à la Villette)
– Salwoa Cherkaoui El Baraka (étudiante architecture à la Villette)
– Julie Tarrade (étudiante graphisme la Souterraine)

Méthodes

Entretien / Cartographie sensible / Galerie des horreurs et/ou Dixit pour « débrider » vers l’utopique

Avec Bertrande Allemand du théâtre « Clown en vadrouille », Tatyana Boeva chercheuse en culture et littérature

Objectif 1 : État des lieux existants

Outils : moyen cartographique sensible questionnement large de prises de connaissances générales, évolution des pratiques, festival, temporalité, aspect saisonnier, question élargie sur le Pays Combraille en Marche

Objectif 2 : relevé des pratiques et de leurs limites

Outils : questionnaire sur les horaires, les lieux, de leurs métiers

Objectif 3 : révéler l’envie, le rêve, pour exercer son métier d’artiste

Outils : galerie des horreurs ou dixit si difficulté à exprimer l’utopie

Récolte des informations

Bertrande Allemand est une comédienne clown et artiste de cirque, elle s’est installée à Auzances à 15 ans, à l’époque il n’y avait aucune activité culturelle. Elle était très motivée et active et partait en tournée partout, jusqu’à Paris, et petit à petit, elle a monté sa propre troupe les Clowns en vadrouille. Elle a acheté une usine, rue des jardins à Auzances (bâtiment à l’angle de deux rues). Ce bâtiment est une ancienne usine de salaison désaffectée, il se compose en deux parties avec une passerelle qui passe au dessus de la rue. Elle a cherché des aides de l’État sans succès, et elle a acheté le bâtiment à titre personnel. Celui-ci représente 800 m² sur 5 étages pour l’un et 4 étages pour l’autre. Elle a également acheté la maison des propriétaires située à l’arrière. Elle l’utilise pour des répétitions et stocker son matériel.

Son projet était au départ de créer une école de cirque avec des salles de danse, chant, théâtre, création de costumes… Le projet prend plus de temps à se mettre en place, elle a réalisé juste une salle de répétition pour son activité de clown et une école pour les enfants (en stand bye).

Son bâtiment ayant du potentiel, les étudiantes lui ont proposé une utilisation en mutualisation avec d’autres porteurs de projets d’arts vivants.

Elle a en projet une scène sous forme d’un camion qui se déplie pour former un décor, mais cet équipement n’est utilisable qu’en période estivale.

Tatyana Boeva est chercheuse. Ses travaux portent sur la culture et la littérature. Elle s’est installée en décembre 2015 avec son mari qui est musicien. Elle vient d’Estonie. Elle possède un réseau de nombreux étrangers qui s’installent à Auzances dont beaucoup d’artistes. Elle est active à la bibliothèque, elle réfléchit à de nouvelles formules de culture à Auzances. Elle a manifesté son intérêt pour le bâtiment, rue des jardins à Auzances, qui est en fait celui de Bertrande Allemand.

Il est prévu une visite de site avec Bertrande Allemand, jeudi matin. Notons que ce bâtiment souffre de la salaison, qui endommage sa structure.

Se pose la question de l’échelle de cet équipement pour Auzances, quelle audience, quelle fréquence ?

Récolte sur le marché

Les personnes interrogées sur le marché sont des commerçants du Puy de Dôme, et des personnes âgées. Les commerçants ont témoigné qu’en Puy de Dôme, les cafés associatifs et cabarets ruraux fonctionnent bien. Les personnes âgées ont rappelé qu’il existait un petit cinéma à Auzances. Un monsieur de 70 ans a évoqué sa pratique du théâtre à Aubusson ou Montluçon. Il est intéressé par toutes les disciplines. Une dame est intéressée quant à elle par la venue des spectacles vivants à Auzances, et aux spectacles diffusés par le Pays Combraille en Marche.

Ateliers ouverts au public

Les étudiantes ont accueilli Mme Elisabeth Arnaud qui fait partie du comité de jumelage de Rosstal, et du club de marche des mille pattes. Elle a pu témoigné de sa connaissance d’Auzances.

Anne Lemeunier est metteuse en scène de deux compagnies Les Clandestines à Strasbourg et La Souillarde à Lioux les Monges (salle de la Grange). Elle a déjà organisé des spectacles avec la ville d’Auzances.

Premières conclusions

Objectifs : proposer des mutualisations avec les autres metteuses en scène, poser la question de la complémentarité avec d’autres formes d’art comme les Clowns en vadrouille.

Outils : scénario martyr, proposition schématique pour faire réagir sur des orientations très contrastées.

Définition des arts vivants

aviv_20170214_0001light

Ce lundi 13 février étaient présentes à l’atelier les étudiantes suivantes :

  • Paola Lode (étudiante design d’espace à La Souterraine)
  • Iman Bardach (étudiante en architecture à La Villette)
  • Salwoa Cherkaoui El Baraka (étudiante en architecture à La Villette)

A la suite des interventions sur la méthodologie et la présentation du planning des « arts vivants », ces étudiantes ont décidé de la démarche pour rassembler les informations suivantes :

Définition

Les arts vivants, qu’est ce que cela regroupe ?

  • théâtre
  • danse
  • théâtre d’objets – marionnettes
  • cirque
  • happening…

Un lieu pour les arts vivants, c’est quoi ?

  • un espace clos
  • un espace mobile / itinérant
  • un espace ouvert / théâtre de verdure
  • un parcourt, un circuit / festival des arts de la rue

Constat

Les personnes à interroger sont surtout des femmes metteuses en scène. Une collaboration pourrait être imaginée pour le projet culturel. Bien que secondaire, cet objectif participe de la mise en relation des acteurs du territoire pour pérenniser un projet culturel à Auzances. Il est aussi prévu un échange avec les collégiens et la visite de la scène nationale d’Aubusson, ses coulisses. Cela permettra d’interroger son directeur et sa vision de la culture.

Il manque des acteurs à interroger (habitants qui ont des pratiques amateurs) aussi les étudiantes ont décidé de se séparer pour procéder à des enquêtes de terrain différentes (marché mardi matin, sortie des écoles mercredi matin).

Il n’y a pas d’atelier collectif, la méthode sera donc contributive et évolutive au fur et à mesure des rencontres.

Première action

Construction d’un guide d’entretien pour le rendez-vous avec Annabelle Piery du théâtre « Qu’on Braille »

  1. parcours et moyens actuels, et lieu de production dans le Pays Combraille en Marche
  2. les lieux dans lesquels elle aspirerait pour jouer
  3. les lieux où elle voudrait se produire et lieux où elle n’aimerait pas se produire / lieu utopique et lieu dystopique

Des arts bien « vivants »

Agenda des étudiants

A partir du mardi 14 février de 9h à 11h30, entretiens avec :

  • Bertrande Allemand metteuse en scène de la compagnie « clowns en vadrouille« 
  • Tatyana Boeva chercheuse en culture / littérature en partenariat avec le groupe « collaboration » encadré par Elise Macaire

Le mardi 14 février de 16h30 à 18h30 entretiens avec :

  • Anne Lemeunier metteuse en scène des compagnies « les clandestines » et « la souillarde »

Le mercredi 15 février de 9h à 10h30 entretien avec :

  • Caroline Le Corre adjointe municipalité d’Auzances en partenariat avec le groupe « son » encadré par Isabelle Genyk

Le mercredi 15 février de 10h30 à 11h30 temps d’échange avec les collégiens d’Auzances dans la classe de  :

  • Fabien Jamme conseiller municipalité d’Auzances  et professeur de mathématiques

Le mercredi 15 février de 14h à 15h30 visite de la scène nationale d’Aubusson

Ateliers ouverts au public

  • Jeudi 16 Février 2017 14h-16h : ateliers avec les habitants sur inscription (contact Elise Macaire 06 37 70 78 12)
  • Jeudi 16 Février 2017 18h-20h : porte ouverte
  • Samedi 18 Février 2017 10h à 12h30 : restitution publique

mucisien