Collectif Salaisons : miser sur l’initiative citoyenne et le patrimoine industriel

Collectif Salaisons est une coopérative qui se construit autour d’une démarche altérnative, celle de réunir des initiatives citoyennes autour d'un grand projet commun. Dans un premier temps les associations et particuliers s'organisent autour d'une pratique artistique partagée, dans une démarche pédagogique. C'est ensuite à travers le besoin d'espace que le collectif ici réuni trouve les sources de sa motivation à réhabiliter un lieu commun.

Les membres de ce collectif en viennent à puiser dans le terreau existant de leurs réseaux et dans leurs propres ressources. L'un d'entre eux, les Clowns en vadrouille, possède non seulement l'envie, la passion et l'ouverture mais surtout l’espace pour accueillir un tel projet. Il s’agit des anciennes usines des Salaisons du Centre, bâtiment de grande qualité architecturale et patrimoniale, idéalement situé dans le Centre-Bourg, autour duquel une émulation culturelle peut s'organiser.

Des scénarios d'usages dessinent les traits d'une vie culturelle et artistique qui, à long terme, rayonnerait au delà de la ville d'Auzances et écriraient la nouvelle histoire des Salaisons.

collectif-salaisons_page_01collectif-salaisons_page_02collectif-salaisons_page_03collectif-salaisons_page_04collectif-salaisons_page_05collectif-salaisons_page_06collectif-salaisons_page_07collectif-salaisons_page_08collectif-salaisons_page_09collectif-salaisons_page_10
Téléchargez le dossier pdf.
collectif-salaisons

La contrée de Coux

 

Yvan Caillaud (DP), Manon de Valon (DP), Camille Drozdz (DP), Alexandre Streicher (DG), Marin Thuery (DP)
Les habitants émirent un désir d’endroit où des artistes, comédiens et musiciens pourraient se représenter.Nous avons choisi le parc de Coux pour son environnement plaisant et pour son patrimoine architectural. Ce milieu qualitatif permet des prestations (concert, danse, théâtre...) en plein air mais aussi à l’intérieur de la grange principale, ce qui offre à la mairie l’opportunité de proposer aux habitants une programmation peu importe la saison. La culture, la préservation des bâtiments d’origine et la convivialité sont au coeur de notre projet. Chaque bâtisse a une fonction particulière et communiquent avec les autres. C’est un pôle à la fois culturel et de partage qui prend place dans ce parc de Coux, où chacun pourra profiter aussi du paysage. Lydie, 30 ans part faire son yoga près du lac, Pierre et Sarah, 45 ans vont écouter les contes locaux, Jules, 4 ans et sa famille se rendent à la projection de Kirikou organisée à la Renardière et Marie, 20 ans ira danser avec son compagnon au bal d’été. Chacun s’y retrouve dans cette contrée !
projection-mcamy-impression_page_01projection-mcamy-impression_page_02projection-mcamy-impression_page_03projection-mcamy-impression_page_04projection-mcamy-impression_page_05projection-mcamy-impression_page_06projection-mcamy-impression_page_07projection-mcamy-impression_page_08projection-mcamy-impression_page_09projection-mcamy-impression_page_10

Téléchargez le document au format pdf.

la-contre-de-coux

Temps de la synthèse partagée

Après un jour d’appropriation et deux jours de récolte intensive, jeudi 16 février 2017 matin, les groupes thématiques se sont réunis et ont partagé les diagnostics de chacun.

L’objectif était alors de construire une synthèse partagée pour aboutir à une compréhension complète des enjeux liés à la culture sur Auzances.

Cette synthèse partagée a permis aussi aux étudiants de partager leurs hypothèses de travail et de proposer des intentions de projet.

p1270756

Synthèse partagée

Des pistes pour le projet culturel : restitution du groupe des arts plastiques aux élus

La soirée du mercredi est un moment intensif de la semaine : il s’agit de synthétiser rapidement (10 min par groupe thématique) les premières observations. Pour le groupe d’étudiants qui s’intéresse aux arts plastiques, c’est l’occasion de résumer quelques idées fortes.

ws_mdef_rt_2017_02_15_0551

Comme dans d’autres groupes, on note un besoin récurrent de communication, d’échanges, de partages, etc., notamment intergénérationnels. Il faudrait des « relais » pour favoriser les rencontres. On commence à explorer l’idée d’une personne « médiatrice » sur le territoire de la commune.

La diffusion de l’art et de la culture, ou encore la communication, pourraient être favorisées par l’investissement de nouveaux espaces d’exposition : aménager une nouvelle salle d’exposition, investir les vitrines à rénover, etc.

Un festival ou un événement culturel qui auraient lieu avec une certaine régularité, viendraient utilement participer à la définition du projet culturel de la commune. On imagine par exemple associer les pratiques sportives, particulièrement dynamiques à Auzances, aux pratiques culturelles afin de développer des actions culturelles. On pense à des formes de « parcours-découverte » qui peuvent mobiliser toute la famille et différents types de publics.

Collaborer, c’est construire ensemble. Restitution du mercredi soir aux élus

Les étudiants ont présenté aux élus leurs premières conclusions. Pour le groupe qui travaille sur les collaborations, il s’agit de présenter la définition du thème par les habitants puis de commenter les échanges qui ont eu lieu.

Collaborer, c’est construire ensemble, partir d’un rêve partagé et de démarches de solidarité. On regrette néanmoins le peu de collaboration à Auzances tout en saluant les actions en cours comme celles de la bibliothèque.

Les discussions sur le marché ont révélé des situations d’isolement ou de manque de solidarité. Dans ce contexte la notion de « culture » parait loin des préoccupations premières. Faudrait-il parler de « loisirs » pour élargir le sens associé aux pratiques de tout le monde ?

ws_mdef_rt_2017_02_15_0570

Un constat est assez partagé : il manque des espaces d’échanges entre associations et entre générations (et plus largement entre personnes qui désirent faire des rencontres). Par ailleurs, les porteurs de projet ne savent pas toujours vers qui se tourner pour les réaliser.

Les vitrines abandonnées pourraient offrir des espaces de communication : elles sont dans l’espace public et donne une image « délaissée » d’Auzances.

L’arrivée du site internet de la commune correspond à une demande importante des habitants quant au partage d’informations.